Fédération nationale de la libre pensée

13 septembre 2016

La Raison

La Raison n°614 est parue

Le numéro 614 de La Raison, mensuel de la fédération Nationale est paru et parvenu chez nos abonnés.

Vous trouverez ci-dessous la couverture, le sommaire et l'éditorial de notre président Jean Sébastien PIERRE

 

Vous pourrez également vous abonner en ligne ou commander ce numéro.

 

 

 

 

 

Contre les liberticides et les laïcides

editorial par Jean-Sébastien PIERRE président de la FNLP

Après des mois d'été pendant lesquels nos lecteurs ont pu, nous le souhaitons, prendre quelques vacances reposantes, voici venue l'heure de la rentrée. Une rentrée militante, qui sera marquée pour nous,par la mise en œuvre des résolutions du Congrès de Bourg-Lès-Valence, congrès de travail intense et de débats passionnés. Devant nous, la perspective immédiate de la journée internationale de la Libre Pensée et de la préparation des rassemblements du 11 novembre.

Ces derniers seront marqués par un durcissement supplémentaire des relations entre les antimilitaristes et le gouvernement : La chanson de Craonne, voix des soldats sacrifiés en masse sur l'autel du capital et d'un partage du monde impérialiste, a été interdite lors des commémorations de la bataille de la Somme, le 1er juillet 2016. Après le refus de réhabiliter les Fusillés pour l'exemple, la voix du peuple interdite une nouvelle fois. Interdite mais pas étouffée. On le fera largement savoir. Déjà nombreux ont été ceux qui ont soutenu notre protestation, et la résistance à cette interdiction prend valeur de symbole.
La journée Internationale de la Libre Pensée sera l'occasion d'affermir le combat mondial pour la Séparation des Eglises et des Etats et d'avancer vers le congrès de Paris de septembre 2017.
L'été passé, endeuillé par un attentat terrible, n'a nullement été une trêve. L'attentat a servi de prétexte pour prolonger encore un état d'urgence qui a fait la preuve de son inefficacité à protéger la population, mais de son efficacité à remettre en cause les libertés démocratiques. Avec l'état d'urgence, le gouvernement a osé interdire notre manifestation du 5 décembre et tenté d'interdire les manifestations ouvrières contre la « loi Travail », la mal nommée. Dans nos colonnes, un de nos communiqués propose à juste titre de la nommer "loi Capital". Ce serait certainement plus exact.

Etat d'urgence, loi « Travail », le climat liberticide est complété par la loi Urvoas, largement analysée, expliquée et détaillée dans ce numéro. Vous verrez comment le modèle français de justice pénale se trouve fragilisé, avec la disparition programmée du juge d’instruction et des garanties d'indépendance judiciaire qui en découlent.amais on n'a autant parlé de laïcité ; jamais, depuis sa naissance, elle n'a été autant dévoyée. Après le succès historique du meeting de Japy, plus que jamais nous mènerons le combat pour l'abrogation de la loi Debré, et celle du statut clérical d'exception d'Alsace-Moselle dans sa totalité.
En 2016, nous connaissons le 57ème budget antilaïque depuis l'avènement de la Vème République en 1958. Pire encore, la conjonction de la loi Peillon et de la régionalisation amènent une pression accrue pour la confusion entre l'Ecole publique et l'école privée, sous contrat ou non. C'est évidemment inacceptable. La loi de 1905, c’est la Séparation de la sphère publique et de la sphère privée. En conséquence, c’est aussi la

Séparation de l’enseignement public et de l’enseignement privé  ! Pour rester laïque, l’Ecole publique doit rester séparée de l’enseignement privé  !

Aucune unification entre l’Ecole publique et les écoles de l’Église catholique !

Ces principes, réaffirmés avec force par notre congrès, guideront notre action lors des mois qui viennent.

Bonne rentrée, camarades et amis, et pleins succès !

 

 

pour vous abonner en ligne ou acheter ce numéro

Retour