Fédération nationale de la libre pensée

11 juin 2017

idee_libre

L'Idée Libre n°317 "Marianne, la croix et le croissant"

La Couverture :

 

 

 

Le sommaire :

 

 

 

Présentation du dossier :

 

77% des citoyens pensent que l’on parle trop de religion, et 72% estiment que les élus ne devraient pas évoquer leurs croyances religieuses. Pourtant certains souhaitent, au cœur de la campagne présidentielle, la révision de la loi de 1905, pour l’adapter à la « menace musulmane ».

Lors d’un débat télévisé du premier tour, Mme Le Pen a rappelé son souhait de modifier la constitution afin d'y faire figurer « la protection du patrimoine historique et culturel des Français » (...) « Ça veut dire que les crèches font partie de notre patrimoine culturel et historique » (...) « Les crèches dans les mairies comme les sapins de Noël dans les écoles, tout cela, ça ne participe pas exclusivement de la religion, ça participe de nos racines. Les racines de notre pays, de notre culture »
J-L Mélenchon lui a répondu : « Vous voulez mettre des symboles religieux dans les mairies, c'est ça votre laïcité ? » (...) « Mais non madame, 60% des Français n'ont pas de religion. Fichez-nous la paix avec la religion ! Nous ne sommes pas obligés de subir vos foucades, vos trouvailles, votre manière de nous imposer à tous une manière de vivre qui n'est pas la nôtre »

Le modèle du statut concordataire d’Alsace-Moselle, prôné par les élus ou candidats cléricaux n’est-il pas exactement le contraire de la Séparation des Églises et de l’État ? Le Concordat bonapartiste ne garantit pas la liberté de conscience aux citoyens de ces départements, du fait de la reconnaissance des cultes. Ce statut coûte 60 millions d’euros par an aux contribuables.

Peut-on se dire élu laïque, lorsqu’on met en place le « dialogue interreligieux » au nom du « vivre ensemble » ?, lorsqu'on participe es-qualité à l’inauguration de lieux de culte ou à des cérémonies religieuses ?, lorsqu’on manifeste ses convictions religieuses dans l’exercice de ses fonctions, lorsqu’on crée des carrés confessionnels dans les cimetières ?, lorsqu’on finance les cultes sur des fonds publics ?

Quand la décentralisation progresse, la Séparation des Églises et de l’État recule. Nombre de partisans de la loi NOTRE se pressent autour du nouveau président et la suppression promise de la taxe d’habitation est une menace forte sur les revenus de nos communes.

Ce numéro de l’Idée Libre est une contribution à la résistance, au combat des élus républicains, laïques, libres penseurs, des citoyens pour la démocratie, pour la défense de la loi de séparation.

Christian BAQUÉ

 

 

Où trouver l'Idée Libre ?

Nous vous rappelons la liste des librairies qui ont accepté de mettre en vente notre revue :

  • Librairie de Provence 31, cours Mirabeau 6 rue Nazareth 13100 AIX EN PROVENCE,
  • Point Virgule etc... rue des Carmes 15000 AURILLAC,
  • Le Grand Cercle Centre Commercial Art de Vivre ERAGNY/OISE (95),
  • L'Herbe entre les Dalles 7 rue de la Barillerie 72000 LE MANS,
  • D'un Pavé à l'Autre 19, rue Tatin 27400 LOUVIERS,
  • PMU Presse Les Camoins 5 place du Monuments 13011 MARSEILLE,
  • L'Attrape-mots 212 rue Paradis 13006 MARSEILLE,
  • L'Odeur du Temps 35 rue pavillon 13001 MARSEILLE,
  • Librairie Maupetit 142, La Canebière 13001 MARSEILLE,
  • Bouquinerie des 5 avenues 211, BD de la Libération 13004 MARSEILLE,
  • L'Atinoir 4, rue Barbaroux 13001 MARSEILLE,
  • Ferrybook 194 rue Paradis 13006 MARSEILLE,
  • Quilombo 23 rue Voltaire 75011 PARIS,
  • Kiosque Presse 53, Bd de Reuilly 75012 PARIS,
  • Librairie Peiro Caillaud 41 Cours national 17100 SAINTES,
  • Librairie Trarieux 100 avenue Victor Hugo 19000 TULLE.
  • Si vous pensez qu’une librairie de votre localité pourrait prendre en charge – dans des conditions très souples – la vente de quelques numéros de notre revue, contactez notre libraire ou écrivez à idee.libre@fnlp.fr.

Vous pouvez bien sûr commander l'Idée Libre auprès de la librairie de la FNLP

Et vous abonner en ligne

ou auprès des fédérations et groupes

 

Retour