Fédération nationale de la libre pensée

Page  1 sur 12  > >>

Monsieur Macron : Ne touchez pas à la loi de 1905 !


Début décembre 2018 :

La Libre Pensée devant les préfectures

Début 2019 :

Manifestation nationale à Paris ?

A l’appel de la Fédération nationale de la Libre Pensée et des Fédérations départementales, plus de 90 initiatives, rassemblements et délégations en préfectures départementales ou de régions ont eu lieu autour des 7, 8 et 9 décembre.  Des centaines de citoyens rassemblés à la Rochelle, à Angers ou Chambéry, 32 à Valence, 50 à Mont-de-Marsan, dans plus de 70 villes, les laïques et leurs associations étaient devant les préfectures pour dire :

Monsieur Macron

Ne touchez pas à la Loi de 1905 !

Plus


Ne touchez pas à la loi de 1905 !


En direct avec la Libre Pensée, la Ligue des Droits de l’Homme et la Ligue de l’Enseignement :
France Culture – 9 décembre 2018

Chers auditeurs, bonjour. Au micro de la Libre Pensée, Sylvie Midavaine, membre de la Commission administrative nationale de la Libre Pensée.

Nous sommes le 9 décembre. C’est une date anniversaire importante pour tous les laïques, les libres penseurs, les humanistes, les républicains, les syndicalistes. C’est celle de l’adoption de la loi de Séparation des Églises et de l’Etat du 9 décembre 1905.

Le Président de la Commission parlementaire qui fait le projet de loi est Ferdinand Buisson, Président de l’Association Nationale des Libres Penseurs. Le rapporteur en est Aristide Briand, lui aussi éminent libre penseur. La position officielle de la Libre Pensée est décidée dans une assemblée, le 21 Mars 1905, réunie au siège du Grand Orient de France. Elle invite la Chambre, « à élaborer sans retard et sans interruption, une loi de séparation des Eglises et de l’Etat », selon des indications précises que Ferdinand Buisson déposera à la Chambre. Ferdinand Buisson explique : « Nous nous sommes battus, nous nous battons pour savoir qui de l’Eglise ou de la Révolution, en ce moment, aura le dernier mot en France ».

La Ligue des Droits de l’Homme écrira à « L’Humanité » de Jean Jaurès pour : « saluer avec joie ce mémorable événement ». Jaurès s’écriera : « La loi de séparation c’est la marche délibérée de l’esprit vers la pleine lumière, la pleine science et l’entière raison ».

Pour parler de cette grande loi républicaine, démocratique et laïque, nous recevons aujourd’hui :

Christian Eyschen, vice-Président de la Libre Pensée

Jean-Michel Ducomte, Président de la Ligue de l’Enseignement

Daniel Boitier, responsable « Laïcité » au Comité central de la Ligue des Droits de l’Homme

Plus


l’unité laïque en marche contre la révision de la loi de 1905


Les associations laïques se sont réunies au siège de la Ligue de l’Enseignement le jeudi 22 novembre 2018. La Fédération nationale de la Libre Pensée était naturellement présente.

Les associations présentes ont élaboré et adopté le communique suivant :

Non à la révision de la loi de 1905!

Des projets de révision de la Loi de 1905 seraient à l’étude. S’il s’agit de mieux encadrer des dérives intégristes mettant en cause les principes et valeurs de la République, le titre V de la loi, intitulé Police des cultes fournit l’arsenal juridique suffisant. S’il s’agit de financer les cultes de quelque manière que ce soit, on entrerait alors dans une procédure concordataire que la loi de 1905 avait précisément pour but d’abolir.

Les Organisations laïques soussignées, réunies le jeudi 22 novembre 2018 à Paris, mettent en garde (...)

Plus


Ne touchez pas à la loi de 1905 !


Les dés semblent jetés désormais. Le Président de la République a annoncé qu’il entendait au début de l’année 2019 modifier la loi de 1905 sur des aspects financiers et de labellisation de cultes « reconnus ». Selon la presse, un tiers de la loi (pas moins !) serait concerné. Il s’agirait donc d’une remise en cause en profondeur de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat.

Plus


Remise en cause de la loi de 1905.


Amputation de la loi de 1905 :

2018 comme en 1942 ?

Toujours au service de l’Eglise !

Le journal l’Opinion vient de l’annoncer, et cela  a été repris et commenté par les autres médias, Emmanuel Macron, Président de la République, entend modifier profondément la loi de 1905. Il entend ainsi mettre en place des critères de reconnaissances publiques des cultes. Tel culte serait bon, tel culte serait mauvais. Plus d’un tiers de la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat serait ainsi modifié, voire supprimé.

Le prétexte en est l’Islam pour mieux contrôler les musulmans dans le pays, comme au bon vieux temps des colonies. La réalité, ce sont des privilèges accordés à l’Eglise catholique qui sera la première bénéficiaire de l’opération-destruction de la loi de Séparation.

Plus


La dérive autoritaire d’un régime en crise


Les faits scandaleux se suivent et se ressemblent sous la houlette d’un régime en crise qui accentue de plus en plus sa dérive autoritaire. Ce « nouveau monde est en marche », paraît-il. Il ressemble de plus en plus aux heures noires du gaullisme, où la répression était partout.

Voici quelques faits inquiétants...

Plus


Laïcité et loi de 1905 :


Le vol Elysée-07-05-2017 ne répond plus. Y-a-t-il encore un pilote dans l’avion ?

Le 9 mai 2018, la Libre Pensée s’est adressée à monsieur Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur pour lui demander de supprimer les aumôneries religieuses dans les commissariats de police de  Paris (mises en place après les attentats de 2015), car cette existence est contraire à la loi de 1905, qui ne prévoit des aumôneries que dans les établissements qui ne permettent pas aux personnes de sortir pour accomplir leur culte (Armée, Hôpitaux, Internats, Prisons). Son successeur nous répondra –t-il ?

Aucune réponse à ce jour : silence radio.

Le 25 mai 2018, la Fédération nationale de la Libre Pensée s’adressait à monsieur Emmanuel Macron, Président de la République pour solliciter un rendez-vous pour connaître ses intentions concernant la loi de 1905 : Allait-il la modifier, l’abroger, ou  la respecter ?

Aucune réponse à ce jour : silence radio.

Le 12 juillet 2018, L’Association internationale de la Libre Pensée (AILP) écrivait à madame Nicole Belloubet, Garde des Sceaux et ministre de la Justice, pour la questionner sur le procès du cardinal Barbarin sur les affaires de crimes de pédophilie dans son diocèse. Le procès allait-il être fait à la date prévu ou reporté sine die ? En effet, la laïcité, c’est la loi des hommes qui s’applique, alors que pour l’Eglise catholique, c’est la loi de Dieu qui prévaut, c’est-à-dire sa propre loi et elle toujours estimé qu’elle n’avait de compte à rendre qu’à elle-même.

Aucune réponse à ce jour : silence radio.

Plus


Un Comité consultatif national d’Ethique (CCNE) bien timide


Dans son avis du 25 septembre 2018, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) repousse l’essentiel des avancées que la Fédération nationale de la Libre Pensée (FNLP) souhaite en la matière, mais en consent au moins deux, de portée limitée et d’importance inégale.

Plus


Manifeste de la Libre Pensée :


Ne touchez pas à la loi de 1905 !

La loi du 9 décembre 1905 a institué la séparation des Eglises et de l’Etat, en interdisant la reconnaissance juridique des religions et leur financement public. Cette loi a distingué très nettement la sphère publique en charge de l’intérêt général (Institutions, Gouvernement, Administration, Services publics, fonctionnaires) où la neutralité est de règle, et la sphère privée qui se compose de tout le reste, allant de la rue à la vie intime, où chacune et chacun est libre d’exprimer les opinions de son choix, de porter les insignes, emblèmes et les vêtements qu’elle ou il désire.

Plus


Affaire Baby-Loup !


Le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU condamne la France pour discrimination :

La Libre Pensée avait raison et se réjouit de cette décision !

Le point final de l’affaire Baby-Loup a été mis par le Comité des Droits de l‘Homme de l’ONU (Source : Nouvel Observateur). La décision  donne entièrement raison à l’analyse de la Libre Pensée qui a toujours affirmé que la question de la laïcité n’avait rien à voir avec cette affaire, mais que cela relevait d‘une campagne xénophobe contre les musulmans, ou présupposés tels.

Plus