Fédération nationale de la libre pensée

15 octobre 2014

Editorial

A la cérémonie de Beuvraignes dans la Somme, Jean-Julien Chapelant, Fusillé pour l’exemple le 11 octobre 1914, n’a toujours pas été réhabilité !

Le 11 octobre 2014, dans cette petite commune de la Somme, le gouvernement s’est livré, une nouvelle fois, à une manœuvre honteuse concernant les Fusillés pour l’exemple de la Guerre de 1914-1918.

JPEG - 490.2 ko
la stèle

Annonçant sa venue, puis la décommandant, Kader Arif , Ministre délégué aux Anciens combattants a encore été l’homme des fausses promesses. Le collaborateur du Ministre a lui aussi renoncé au déplacement.

Une stèle a été inaugurée en hommage à Jean-Julien Chapeleant, mais cela ne constitue en aucun cas une quelconque réhabilitation. On érige une stèle, mais le gouvernement laisse dans le déshonneur et l’opprobre une victime de la guerre, soldat tombé sous les balles françaises, mort PAR la France.

C’est encore une parodie de justice !

Il y a un détail qui en dit bien long sur « l’hommage rendu » au Fusillé. A la droite de la stèle, il y a un médaillon à la gloire du 98e Régiment d’Infanterie qui a fusillé Jean-Julien Chapelant. Avec la devise du Régiment : « Toujours prêt ». Toujours prêt à fusiller ? On unit ainsi la victime et les fusilleurs dans un même hommage.

C’est le même scandale qu’a décidé le Président de la République en déclarant vouloir mettre une stèle sur les 650 Fusillés pour l’exemple au Musée des Invalides. Il unit ainsi les Fusillés et l’armée qui les a fusillés. Victimes et bourreaux confondus !

Mise au point

Une certaine presse a titré sur des « huées lors de l’inauguration » de la stèle. Avec un détail insolite, le contenu de l’article, très correct par ailleurs, n’en dit quasiment plus rien dans le corps du texte. Il n’y a pas eu de huées. Simplement quand le représentant de la Ligue des Droits de l’Homme a mentionné « une réhabilitation au cas par cas », un militant de la Libre Pensée a dit « Non, collective ! ». C’est tout, mais c’était juste. La Libre Pensée était présente avec sa banderole « Réhabilitation collective des Fusillés pour l’exemple ».

PHOTO SUPPRIMÉE A LA DEMANDE DU COURRIER PICARD

Une réhabilitation au cas par cas est une impasse. Plus de 20% des dossiers des 650 Fusillés pour l’exemple ont été détruits. Il n’y a plus de témoins, plus d’accusés, plus d’accusateurs et les dossiers ont été faits par les fusilleurs. Ce ne peut être dans ces conditions qu’un réexamen objectif pourrait être conduit.

Une réhabilitation « au cas par cas » est un moyen dilatoire pour ne pas réhabiliter les 650 victimes des fusilleurs. Par ailleurs, si on est contre la peine de mort, alors on ne peut être pour « le cas par cas », car sinon cela voudrait dire qu’il existe des Fusillés qui ont mérité d’être fusillés et de subir la peine de mort, la peine infamante.

On est pour ou contre la peine de mort, il faut choisir !

Quand on est un républicain, un démocrate ou un pacifiste internationaliste, il ne serait y avoir de bonnes « peines de mort » et de bonnes « fusillades ». C’est la barbarie de tuer son semblable qui doit être honnie et condamnée.

Cette triste palinodie gouvernementale renforce, s’il le fallait encore plus, la Libre Pensée à appeler tous ceux qui se reconnaissent dans la réhabilitation collective des 650 Fusillés pour l’exemple de la Première Guerre mondiale à se rassembler encore plus nombreux dans les rassemblements pacifistes du 11 novembre avec l’Association Républicaine des Anciens Combattantsl’Union Pacifiste de France, le Mouvement de la Paix, de nombreuses sections de la Ligue des Droits de l’Homme et les organisations syndicales de la CGT et de laCGT-Force Ouvrière.

La Libre Pensée fera ériger un monument en hommage aux 650 Fusillés pour l’exemple, victimes de la guerre, sur la ligne de front.

La République réhabilitera collectivement les Fusillés pour l’exemple !
Nous sommes aussi la République !

Craonne, le 15 octobre 2014
 

Retour