Fédération nationale de la libre pensée

18 novembre 2015

Communiqués

Ils appellent à la manifestation du 5 décembre

En direct avec Françoise Olivier-Utard,
Administratrice de l’Union Rationaliste
qui appelle à la manifestation du 5 décembre 2015

 

La Libre Pensée :  Peux-tu présenter l’Union Rationaliste ?

 

Françoise Olivier-Utard : L'Union rationaliste a pour but de promouvoir le rôle de la raison dans le débat intellectuel comme dans le débat public, face à toutes les dérives irrationnelles. Elle s'emploie à mettre à la disposition de chacun la possibilité d'accéder à une conception intelligible du monde et de la vie. L’Union rationaliste n’est pas une association d’experts, ni une société savante. Elle n’a pas vocation à dire le vrai lorsque des visions divergentes s’affrontent sur tant de questions qui nous concernent tous. En revanche, il lui appartient de dénoncer les démarches qui ne respectent pas l’exigence de la Raison.

L'Union rationaliste a été fondée en 1930, sous l'impulsion notamment du physicien Paul Langevin, « pour faire connaître dans le grand public l'esprit et les méthodes de la science ». Elle est ouverte à tous les esprits indépendants qui ne se satisfont pas des idées toutes faites.

Le monde actuel nous présente le spectacle insupportable de sociétés qui, au nom d’une religion ou d’une conception dictatoriale ou déiste de l’État, oppriment leurs citoyens et leurs citoyennes. La laïcité est donc bien, elle aussi, au cœur de notre action rationaliste. L’Union rationaliste lutte pour que l'État demeure laïque, assume sa fonction de protection des jeunes contre toute forme d'endoctrinement et garantisse à l'école publique son prestige et son entière indépendance à l'égard des idéologies.

 

La Libre Pensée:   A l’initiative de la Libre Pensée, la Ligue de l’Enseignement, la Ligue des Droits de l’Homme et l’Union Rationaliste ont en commun fait un colloque sur « Laïcité et libertés ». Pourquoi ?

 

Françoise Olivier-Utard : Parce que nous sommes tous d’accord pour affirmer que la laïcité se définit d’abord comme la liberté de conscience dont seul un Etat neutre, non lié aux religions, peut garantir l’exercice individuel. Nous considérons à l’Union rationaliste qu’il faut veiller à ce que les droits individuels de croire ou ne pas croire, pratiquer ou non, changer de philosophie soient défendus comme tels et que les prescriptions religieuses ne puissent jamais passer avant les lois de la société. Dans ce sens il faut par exemple protéger les enfants contre les discriminations sexistes et racistes, les jeunes contre les endoctrinements radicaux, les femmes contre les dominations patriarcales. C’est un combat car il ne suffit pas que les lois existent, encore faut-il assurer leur application effective.

L’Union rationaliste a pour vocation de dénoncer toutes les formes d’obscurantisme et de fanatisme. C’est parfois difficile face aux provocations politico-religieuses et à l’affadissement progressif, au nom d’un consensus mou, de la définition même de la laïcité dans les sphères de l’Etat. Il faut pouvoir critiquer ce qui est inadmissible au regard des Droits de l’homme, dénoncer les thèses rétrogrades, récuser les fausses sciences.

 

La Libre Pensée :   Du point de vue des questions actuelles de la laïcité, comment vois-tu les choses ?

 

Françoise Olivier-Utard : L’actualité impose de bien rappeler que la laïcité n’est ni une forme de tolérance religieuse ni une croisade. Nous avions en France oublié les horreurs des guerres de religions. Du coup, certains amalgament ce qui relève du religieux et ce qui relève du politique. Les fanatiques de l’EI (Daech) jouent sur cette ambiguïté, de même que l’extrême-droite. Or, la radicalisation engendre la haine, la peur aussi. Si les voix laïques ne se font pas entendre haut et fort, la société est menacée dans ses fondements démocratiques.

La laïcité s’applique aujourd’hui à des champs plus divers qu’autrefois, comme l’émancipation des femmes, les droits de ceux qui sont en fin de vie, les formes de la famille. Il est important que le système éducatif soit orienté dans le sens de la formation de l’esprit critique, de l’autonomie de jugement des individus. Nous sommes à l’Union rationaliste très attachés à la diffusion de savoirs et à la dénonciation des croyances. Tout ce qui va dans le sens d’un relativisme en matière d’enseignement scientifique, est un recul. De même ce qui tend à enfermer les individus dans des modes de pensée et d’action fanatiques et criminels. Les ghettos intellectuels et sociaux sont dangereux car ils conduisent à des replis communautaires et à leur rivalité. La laïcité est le moyen de trouver des formes du vivre ensemble.

 

La Libre Pensée :   L’Union Rationaliste appelle à la manifestation du 5 décembre 2015 avec la Libre Pensée, à l’occasion du 110e anniversaire de la loi de 1905. Pour quelles raisons ?

 

Françoise Olivier-Utard : La Séparation de l’Etat et des Eglises ou des courants religieux est l’aboutissement d’un long cheminement en France. Elle a trouvé un cadre juridique satisfaisant dans la loi de 1905. C’est aussi une idée qui fait son chemin en Europe, même si le mot n’est pas toujours accepté, parce qu’on confond, délibérément ou non, laïcité et anti-religion. Nous avons des progrès à faire pour nous expliquer.

L’anniversaire de la loi en est aujourd’hui l’occasion. Cela permettra de dénoncer toutes les dérives auxquelles nous sommes confrontés : financement des écoles privées par l’argent public, financement des cultes en Alsace-Moselle, loi Carle, abandon du monopole d’Etat de la collation des grades universitaires et accords Vatican-Kouchner.

A ces principes généraux s’ajoute aujourd’hui une tragique actualité. Les actes terroristes, perpétrés dans le monde depuis plusieurs mois et en France ces derniers jours, rendent nécessaire au niveau national la réflexion sur les enjeux de la politique étrangère menée, sur la mondialisation des réseaux du crime organisé et la riposte que les sociétés démocratiques doivent mettre en œuvre, sans tomber elles-mêmes dans le fanatisme religieux ou politique.

La laïcité est fragilisée, mais elle peut s’appuyer sur un sursaut de prise de conscience des citoyens. Dans ce but, il est important que les associations laïques mettent en place des actions unitaires. Ce n’est pas en contradiction avec des divergences d’analyse et de propositions et cela dynamise plutôt le débat sur les réalités politiques et sociales contemporaines. Il est bon de montrer que nous sommes mobilisés sur les mêmes valeurs fondamentales. Les citoyens attachés aux valeurs de la République attendent cela de nous.

Retour