Fédération nationale de la libre pensée

20 décembre 2014

Editorial

Un monument pour les 639 Fusillés pour l’exemple

Il a émis une sentence déclarant coupables les généraux assassins. Il fallait aussi rendre justice aux 639 Fusillés pour l’exemple, victimes de la barbarie militariste. C’est pourquoi les participants du Colloque de la Libre Pensée ont lancé cet appel pour le financement d’un monument en hommage aux 639 Fusillés pour l’exemple de la Première Guerre mondiale. La Libre Pensée appelle tous ceux qui se reconnaissent dans ce combat de justice à relayer massivement cette initiative et à récolter les fonds nécessaires pour l’érection de ce monument.

Le combat démocratique continue aussi pour que les municipalités et les collectivités territoriales prennent position pour la réhabilitation collective des Fusillés pour l’exemple. La Ville de Dijon vient d’adopter une résolution très nette en ce sens. Nous vous la joignions à cet envoi.

Le Conseil régional de Picardie a fait de même. Il s’agit du 4ème Conseil régional qui adopte une motion en ce sens

Partout, il faut démarcher les conseils municipaux, les Conseils généraux et régionaux pour que les collectivités territoriales se prononcent pour cette démarche de justice.

Un monument leur rendra hommage sur la ligne de front  ! »

Appel pour une souscription 
pour l’érection d’un Monument en hommage 
aux 639 Fusillés pour l’exemple de 1914-1918
sur la ligne de front des tranchées

La Fédération nationale de la Libre Pensée s’adresse à tous les citoyennes et citoyens, militants et Elus, qui sont attachés à une démarche de justice humaine pour rendre leur honneuraux 639 Fusillés pour l’exemple de la Première Guerre mondiale et qui exigent leur réhabilitation collective.

Depuis des décennies, avec l’Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC), l’Union Pacifiste de France (UPF), le Mouvement de la Paix (MDP), de nombreuses sections de la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), des Unions départementales et Régionales de la CGT et de la CGT-FO, la Libre Pensée agit pour cette réhabilitation collective.

Il est parfaitement insupportable, 100 ans après ces tragiques évènements, que la République n’ait toujours pas rendu leur honneur à ces soldats tombés sous les balles françaises, morts PAR la France, et à leurs familles qui ont connu l’opprobre pendant des décennies.

JPEG - 55.7 ko
une tache sur l’honneur de la République

C’est une tache sur l’honneur de la République

Force est de constater que ce combat mené avec force et vigueur pour que la Justice soit rendue à des victimes de la Guerre n’a pas trouvé sa solution positive par les Corps constitués de la République. Les Présidents de la Ve République Nicolas Sarkozy et François Hollande ont refusé de faire une Déclaration politique de réhabilitation collective.

Force est de constater que l’Assemblée nationale et le Sénat ont refusé, eux aussi, d’être les porte-paroles du peuple souverain qui, dans son immense majorité, exige cette réhabilitation collective. Les assemblées législatives ont refusé d’effacer la honte commise.

Dès lors, il ne reste qu’une voie possible : en appeler à la conscience humaine qui réhabilitera les 639 Fusillés pour l’exemple. La République qui amnistia les combattants de la Commune de Paris, réhabilita Alfred Dreyfus, saura trouver les voies et les moyens pour que Justice et Honneur soient rendus aux Fusillés pour l’exemple.

Que sonne le tocsin qui réveille la justice enchaînée (Voltaire)

Quand les Gouvernements entre les deux Guerres ont refusé et manœuvré pour empêcher que les Fusillés pour l’exemple soient réhabilités, la Ligue des Droits de l’Homme, présidée par Ferdinand Buisson – ancien Président de la Libre Pensée - décida de s’adresser au tribunal de l’opinion publique « ce tocsin qui réveille la justice enchaînée », reprenant la formule de Voltaire, qui s’y connaissait en matière de justice inique et de combat pour la réhabilitation.

La LDH déclarait : « Il faudra bien un jour que la justice du peuple sache, en dépit de toutes les procédures, imposer la réhabilitation des innocents et le châtiment des vrais coupables, puisque la justice officielle n’a pas su ou pas osé le faire ».

C’est cette tradition que la Libre Pensée reprend aujourd’hui par cet appel à l’érection d’un monument sur la ligne de front en hommage aux 639 Fusillés pour l’exemple, victimes de la guerre et de la barbarie militariste.

Ce que le pays « officiel » et les Institutions de la Ve République aux ordres n’ont pas voulu faire, le peuple souverain le fera au nom de la conscience humaine qui ne peut accepter qu’une telle injustice ne soit pas réparée.

Nous sommes aussi la République

Parce que le peuple souverain, c’est la République en marche, parce que nous sommes aussi la République, au nom de l’Humanité nous proclamerons que les 639 Fusillés pour l’exemple sont réhabilités collectivement, qu’ils n’ont ni fauté ni trahi. Ils étaient des hommes au Front sous les bombes, les obus et la mitraille.

Ils étaient dans la boue, le sang et l’horreur des tranchées. Ils ont dit NON à la mort inutile. Ils ont dit NON à des ordres imbéciles aboyés par une hiérarchie militaire qui se souciait comme d’une guigne de la vie humaine.

Ils ont dit NON à la Guerre. Ils ont ouvert le chemin du droit à la désobéissance. Ils ont donné une perspective de vie aux hommes. Ils ne voulaient plus dire « Adieu la vie, adieu l’amour ». Ils voulaient vivre tout simplement. Nous leur rendrons hommage par l’érection de ce monument.

Un monument en pierre en hommage sur la ligne de Front

Pourquoi un monument en pierre. Il suffit de lire Bernard de Castera et son ouvrage sur le compagnonnage pour comprendre : « Ce qui nous reste des civilisations disparues, c’est ce qu’elles ont fait : les monuments que les peuples ont bâti, les statues que les tailleurs de pierre ont sculptées, les poteries que les mains ont façonnées. En un mot, ce qui nous reste, c’est le travail des ouvriers ; et nous devinons les pensées invisibles des peuples à travers les œuvres visibles que nous a légués l’activité de leurs mains.

Ce qui nous reste, ce sont aussi les outils, à partir desquels nous pouvons retracer l’activité et le mode de vie des hommes, leur culture, en un mot. Car la culture des hommes est d’abord celle de leur activité ouvrière - inséparable, d’ailleurs, de l’activité sacrée qui se déploie autour des étapes marquantes de la vie humaine : naissance, puberté, mariage, et bien sûr, la mort. L’activité ouvrière depuis les origines est inséparable du sacré. La culture ouvrière est une culture sacrée...

«  Le Compagnonnage est l’héritier d’une culture ouvrière qui se confond avec le patrimoine spirituel des grandes civilisations. Pour les plus antiques d’entre elles, les monuments architecturaux sont souvent les seuls témoins qui nous restent de l’effort des hommes pour s’élever du visible à l’invisible. La plupart, temples ou tombeaux, sont des œuvres sacrées. De temps immémoriaux, le sacré fait partie intégrante de la culture ouvrière, parce qu’il est la plus radicale expression de l’identité humaine. La richesse des rites et des légendes en témoigne, mais plus encore le geste ouvrier, celui qui produit ces œuvres. En accomplissant ce geste, c’est l’homme lui-même qui se construit, qui s’accomplit dans l’unité de la main et de la pensée. »

La Fédération nationale de la Libre Pensée appelle tous ceux qu

Nous sommes aussi la République !

Nous réhabiliterons les 639 Fusillés pour l’exemple !

Souscription

Je verse : ………………………€ pour l’érection du monument aux Fusillés pour l’exemple.

Nom : …………………………………………… Prénom :………………………………………..

Association : ………………………………………………………………………………………….

Qualités : ……………………………………………………………………………………………..

Adresse : ……………………………………………………………………………………………..

 

Chèque à l’ordre de : « A.E.M.H.F.E. » Association pour l’érection d’un monument en hommage aux Fusillés pour l’exemple

A envoyer à : Nicole Aurigny - AEMF - 49 rue Quentin Barré 02100 Saint-Quentini se reconnaissent dans cette démarche de justice à souscrire massivement pour l’érection de ce monument en hommage aux 639 Fusillés pour l’exemple.

Retour