Fédération nationale de la libre pensée

14 juillet 2016

Communiqués

Le 14 Juillet de la Libre Pensée

Communiqué de la Fédération de Maine-et-Loire de la Libre Pensée

Communes nouvelles et vieille Calotte.

Pas un collège public pour 23 000 habitants !

Dans un communiqué du 6 juin, le collectif  « Vigilance Laïcité », par la voix de Jack Proult  s'indignait à juste titre  de la mauvaise foi des présidents successifs du département  de Maine-et-Loire et des dérobades des ministres successifs de l'Education nationale dans la situation des collèges publics dans les  Mauges.

Le Maine-et-Loire ayant le  douteux privilège d'expérimenter les « communes nouvelles », négation  de l'organisation territoriale initiée par la Révolution Française, qui vont être généralisées au 1° janvier 2017 (loi NOTRe) , la « remise à plat des réseaux d'écoles » par la Direction Académique des Services (DASEN) est à l'ordre du jour : la mutualisation  des services réintroduit le « grand service unifié » entre l'Enseignement public et l'enseignement catholique !

De ce point de vue le cas cité par J.Proult est exemplaire : la commune nouvelles de BEAUPREAU capitale des Mauges rurales, compte 23 000 habitants, deux collèges catholiques et… aucun  collège public !

C'est dans ce contexte qu'il faut apprécier le succès juridique  remporté devant le Tribunal administratif par un autre collectif réuni notamment autour de l'association des Délégués Départementaux de l'Education Nationale (DDEN)  et de la Fédération des Conseils de Parents d'Elèves (FCPE 49) : une subvention directe à un emploi créé par la Direction Diocésaine de l'Enseignement Catholique a été annulée. Il faut se féliciter de cette victoire : les cléricaux, encouragés par les reculades permanentes et l'alignement de M. Peillon puis de Mme Vallaud-Belkacem, se croient tout permis sous le divin parapluie de la Loi Debré dont les effets vont être démultipliés  par la Loi NOTRe et les communes nouvelles.

 

 

Pour la Fédération de Maine-et-Loire de la Libre Pensée, tout ce qui va dans le sens de la mobilisation pour l'abrogation de la Loi Debré est le bienvenu.

Il est d'ailleurs vraisemblable que le caractère florissant de l'enseignement catholique dans le Maine-et-Loire, artificiellement entretenu par des millions de fonds publics soit une raison du choix du gouvernement pour expérimenter la loi NOTRe.

 

 

Abrogation de la loi Debré !

Fonds publics à l'Ecole publique, fonds privés à l'école privée !

 

Pour le bureau fédéral :

Michel Godicheau, Président

 

Retour