Fédération nationale de la libre pensée

22 janvier 2018

Publications

Aux partisans de la paix et aux internationalistes

En 2016 se sont tenus les colloques d’Aix-en-Provence et de Toulouse. Ils constituent le troisième volet des Colloques de la Libre Pensée sur la Guerre de 1914-1918.

La Libre Pensée a édité les Actes de ces deux colloques avec les communications faites et agrémentés d’un ajout de documents historiques très importants et diversifiés.

Vous trouverez ci-joint :

  • Un article du Monde libertaire sur cet ouvrage
  • La Table des matières
  • La couverture (Une et Quatrième)

 

« C’est une bonne chose que la guerre soit si terrible, sinon nous finirions par l’aimer », disait le Général Lee durant la guerre de Sécession aux USA. C’est sans doute aussi pourquoi, au fur et à mesure du conflit de 1914-1918, les politiques prirent le pas sur les militaires, tant l’incapacité de ces derniers, ne proposant que des victimes en masse, fut flagrante aux yeux de tous. On connaît l’aphorisme de Clémenceau : « La guerre est une chose trop sérieuse pour être laissée aux seuls militaires ». La guerre de 1914-1918 fut une boucherie sans nom. Un homme portant l’uniforme sur huit fut tué, trois sur huit furent blessés à jamais dans leur chair. La Libre Pensée continuera à œuvrer pour la réhabilitation collective des 639 Fusillés pour l’exemple de 1914-1918. En 2018, nous leur rendrons hommage et honneur par l’inauguration d’un monument sur la ligne de Front. Les morts troubleront toujours les vivants.

  • Vous pouvez commander ce Troisième Tome au prix de 20€ avec 4,16€ de frais de port en sus.

Il convient alors d’envoyer votre chèque à l’ordre de « Libre Pensée » à : Libre Pensée 10/12 rue des Fossés saint-Jacques 75005 Paris

  • Vous pouvez aussi commander en ligne sur la librairie en ligne Dans ce cas, les frais de port sont offerts par la Libre Pensée

Meilleurs sentiments libres penseurs, internationalistes et pacifistes.

La Libre Pensée

 

Notes de lecture

Les colonies et leurs mobilisés dans la grande guerre

La guerre contre les nations, la guerre entre les nations

Actes des colloques d’Aix et de Toulouse

Éditions de la Libre Pensée

512 pages, 20 € (1)

Je croyais tout savoir (ou presque) de la guerre de 14-18. Ce livre m’a mis sur le cul et au pied du mur de mon ignorance.

En 2016, à Aix-En-Provence, la Libre Pensée organisait un colloque sur « Les colonies et leurs mobilisés dans la grande guerre ». Toujours en 2016, la même Libre Pensée organisait un colloque sur « La guerre contre les nations, la guerre entre les nations ». Ce livre reprend les actes de ces deux colloques. Une bonne cinquantaine.

Et oui, pendant la grande boucherie, il n’y a pas eut que les paysans et ouvriers français et allemands qui y ont laissé leur peau en masse. Les colonies de la France ont également payé l’impôt du sang. Et pas qu’à moitié ! Putain ! Et il y en a qui osent encore dire que la colonisation était un projet d’émancipation et de progrès ! Quelques textes ont particulièrement retenus mon attention. Celui de Mireille Le Van Ho « L’emploi des vietnamiens dans l’industrie de l’armement de 1915 à 1919 ». Celui de Gilbert Meynier « Les algériens et la guerre de 14-18 ». Celui de Christian Eychen « Pour aller plus loin ». Celui de Nicole Aurigny « Le racisme dans la guerre, les troupes et les sociétés ». Lors du colloque de Toulouse, le débat s’élève encore d’un cran. Dans « Qu’est-ce qu’une nation , » David Gozlan, féru de Hégel, Marx, Michelet, Renan, Jaurés… Nous offre une définition de la nation qui remet à l’heure toutes les pendules patriotiques, indépendantistes, nationalistes, identitaristes… Hansi Brémond dans « La première guerre mondiale et l’émancipation des femmes » a le scalpel chirurgical. David Gozlan dans « À bas la guerre ! Vive le soviet de La Courtine ! » nous rappelle cet « épisode » révélé au grand public par notre ami Jacques Tardi dans une de ses dernières BD, « épisode » tu par tous (ou presque) les historiens (têtes de chiens) de l’histoire « officielle » (celle des vainqueurs).

Bref, ce livre est d’enfer. C’est un vrai livre d’histoire. De la vraie histoire. Celle de tous ces pauvres gens qui ont été envoyés à l’abattoir de toutes les guerres. Pour le seul profit des maîtres du monde capitalistes et autres.

Une conclusion s’imposait hier comme aujourd’hui : « Pas un homme, pas un sous, pas une heure de travail pour la guerre ! ».

Une dernière chose. J’oubliais ce texte magnifique de Boris Vian « À tous les enfants ! ». Et l’engagement de la Libre Pensée pour la réhabilitation de TOUS les fusillés pour l’exemple. Un combat qui se doit d’être celui de tous

les pacifistes, libertaires, libres penseurs et autres gens de coeur et de bon sens.

Et, comme on disait en 14, « On les aura ! ».

Jean-Marc Raynaud

(1) En vente à la librairie Publico, 145 rue Amelot, 75011, Paris. Chèque à l’ordre de Publico. Rajoutez 10 % pour le port. Ou à la librairie de la Libre Pensée. 10/12 rue des Fossés St Jacques, 75005 Paris. Chèque à l’ordre de Libre Pensée. Rajoutez 10 % pour le port.

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour