Fédération nationale de la libre pensée

8 juin 2018

Editorial

Tribunal Administratif de Montpellier : Jugement du 5 juin 2018

Crèches de Noel à la Mairie de Béziers : Nouvelle défaite de Robert Ménard !

Une longue descente juridique aux enfers qui continue…

Le Tribunal administratif de Montpellier vient encore, par son jugement du 5 juin 2018,  d’infliger une nouvelle défaite juridique aux prétentions antilaïques de monsieur Robert Ménard, maire apparenté FN de Béziers (34). Par une des multiples provocations dont il a l’habitude, Robert Ménard a fait installer fin 2016 une énième crèche catholique dans le hall de la mairie de Béziers. Le message était clair : « ici, on est chez nous, les catholiques ». Sous-entendu : ceux qui ne professent pas la même foi, le sont beaucoup moins que les adeptes de la croix et de l’hostie et ils peuvent allez voir ailleurs.

Deux militants de la Fédération unie de la Libre Pensée  de l'Hérault, citoyens de Béziers, un autre citoyen et la LDH ont, chacun de leur côté, exigé le retrait de cette crèche du hall de la Maire. Bien entendu, Robert Ménard ne saurait céder au peuple. Il a une conception trop élevée de sa « mission ». Ce qui l’a conduit à débaptiser une rue de la ville pour lui donner le nom du Commandant-Hélie-de-Saint-Marc, un officier mort en 2013, dont le nom reste associé à la torture en Algérie et au putsch des généraux en 1961. La rue débaptisée portait la date de la fin de la guerre en Algérie. Ici, tout est symbole !

L’alliance du sabre et du goupillon

Dans ces attendus du 5 juin 2018, le Tribunal administratif enfonce un clou supplémentaire de plus dans le cercueil judiciaire de Robert Ménard. Celui-ci entendait dénier le droit aux deux libres penseurs de déférer au tribunal sa décision d’installer cette crèche dans la mairie, car « ils n’étaient pas une association de défense laïque » et, dans le même temps, contestait à la LDH de le faire parce qu’elle « était une association » ! La cohérence n’est vraiment pas son fort. De plus, comme une ultime manœuvre, Robert Ménard a indiqué que la crèche de Noël avait été retirée en janvier. Le Tribunal n’a pas été dupe de cette argutie et l’a débouté sur le fond.

Le Tribunal administratif a fait litière de ses prétentions absurdes. Il s’est aussi appuyé sur les arrêts du Conseil d’Etat du 9 novembre 2016 en matière de crèches dans les bâtiments de la République, arrêts positifs obtenus par l’action de la Libre Pensée. Comme le Conseil d’Etat, le Tribunal a fondé son jugement sur quatre textes essentiels :

  • L’article Premier de la Constitution
  • L’Article Premier de la loi de 1905
  • L’Article 2 de la loi de 1905
  • L’article 28 de la loi de 1905

Il a repris les arrêts du Conseil d’Etat : « Il ressort…. que la crèche de Noël installée en décembre 2016 dans le hall de l’Hôtel de ville, représentait Marie et Joseph à côté de la couche de l’enfant Jésus, accompagnés de santons personnifiant des personnages bibliques à côté de personnages provençaux traditionnels. Contrairement à ce qui est soutenu par la commune, la crèche en litige ne n’inscrit manifestement pas dans la culture provençale, par la seule présence de quelques santons, ni dans la culture occitane, par la seule référence au « Nadal occitan » dont les composantes dépassent la seule installation d’une crèche de Noël. De la même manière, la présence de deux sapins de Noël et d’une boite aux lettres du père Noël dans la hall de l’Hôtel de ville, ainsi que la déambulation d’une âne accompagné d’un lutin distribuant des papillotes dans les rues de la ville ne sauraient constituer, en l’espèce, une circonstance particulière permettant de reconnaître à la crèche en litige un caractère festif ».

Toute l’argumentation de diversion de Robert Ménard s’est effondrée comme un château de cartes. Il ne lui reste plus rien.

La Libre Pensée combat sur tous les terrains pour la défense de la Laïcité !

Aujourd’hui, les plus grandes menaces pèsent sur la loi de Séparation de 1905

Il ne faut pas être grand clerc pour s’apercevoir qu’un mauvais coup se prépare contre la loi du 9 décembre 1905 de Séparation des Églises et de l’État. Même si le gouvernement Macron/Philippe s’abrite derrière un rideau de fumée, les faits se suffisent à eux-mêmes. Le Président de la République est allé chez les protestants pour le 500e anniversaire de la Réforme, au diner du CRIF, à la Conférence des Evêques de France au collège des Bernardins, il ira à la fin du ramadan voir les musulmans et recevra fin juin les décors de proto-chanoine d’honneur de Notre-Dame-du-Latran à Rome, où il s’agenouillera devant le pape en en déférence.

Un mauvais coup se prépare contre la laïcité.

Il s’agit de mobiliser les laïques et leurs associations pour empêcher cette forfaiture.

Il faut agir dans l’union la plus large, dans la diversité et l’unité, pour défendre la loi de 1905 !

Pour préparer la mobilisation laïque : 2 rendez-vous en juin :

Contre le Sabre :

CÉLÉBRATION DES ÉMEUTES VITICOLES DE 1907 ET DES MUTINS DU 17 ème RÉGIMENT

SAMEDI 16 JUIN 2018 à 10H30

ALLÉES PAUL RIQUET (Théâtre) BÉZIERS

Dépôt d’une gerbe – Prises de parole

Contre le Goupillon

Pour la défense de la loi de 1905 de Séparation des Églises et de l’État :

Tous à Abbeville (Somme)

Devant le monument en hommage au Chevalier de la Barre

Le samedi 30 juin 2018 à 15H

Béziers, le 8 juin 2018

 

Retour