Fédération nationale de la libre pensée

3 octobre 2018

La Raison

La Raison n°635 (Octobre) chez nos abonnés

LA RAISON, mensuel de la FNLP n°635 (Octobre 2018) est parue.

L'Edito de Jean-Sébastien Pierre, président de la FNLP

L’impératif catégorique de l’heure : défendre la loi de 1905 ! (Titre)

Continuons à faire le tour des proverbes météorologiques adaptés au calendrier républicain : vendémiaire brumeux, hiver ruineux. Le premier octobre nous sommes en effet le 10 vendémiaire, dixième jour de la nouvelle année. Bienvenue donc en l’an 227 (CCXXVII) de la République. Vendémiaire sera-t-il brumeux ? Aurons-nous donc un hiver froid ? Quoi qu’il en soit, nous savons d’avance que, du point de vue des media, ce sera en raison du réchauffement climatique puisque, qu’il pleuve, qu’il vente, que la canicule se manifeste, c’est l’explication unique, obligatoire et imposée.

Le dossier de la Raison est directement issu du congrès de la Libre Pensée qui s’est tenu à Saint-Herblain près de Nantes du 22 au 25 août 2018. Il reproduit le Manifeste de la Libre Pensée : « Ne touchez pas à la loi de 1905 ! », assorti de sa motion d’application. Nos lecteurs peuvent ainsi prendre connaissance de la réponse du congrès de la Fédération nationale de la Libre Pensée aux propos et aux actes du Président de la République Emmanuel Macron.

Un manifeste, c’est une déclaration publique d’intention. Il est signé de la Libre Pensée qui prend ainsi ses responsabilités. L’heure est grave, rappelons qu’Emmanuel Macron ne répond toujours pas à la demande d’audience de notre association : « Monsieur le Président, avez-vous l’intention d’abroger ou de modifier la loi de 1905 ? » Le Manifeste ici publié énumère les raisons de la défendre résolument et absolument.

La Libre Pensée est assurée de ne pas être seule dans ce combat. La laïcité est solidement ancrée dans le cœur de nos concitoyens. Les organisations laïques ne sauraient en accepter quelques remises en cause que ce soit. Nous les appelons, et cette adresse sera déclinée dans chaque département, à organiser des célébrations publiques les 8 et 9 décembre 2018 avec des délégations aux préfectures, représentantes de l’Etat : ne touchez pas à la loi de 1905 ! Celle-ci garantit la pleine liberté de conscience, elle est garante de la liberté d’opinion, du droit de croire ou de ne pas croire, elle a assuré 100 ans de paix religieuse dans notre pays. Dans quel sombre dessein faudrait-il « réparer » le lien « abimé » avec la religion ? Le Manifeste le rappelle : le lien n’est pas « abimé », il n’y a plus de lien. La Séparation sanctionne ou devrait sanctionner l’incompétence des organisations cultuelles en matière de décisions publiques et l’incompétence de l’Etat en matière d’organisation des cultes. Au lieu de cela, nous voyons se réitérer les tentatives d’organiser le culte musulman. Cela n’est pas sans rappeler l’organisation forcée du Consistoire Juif par Napoléon premier, sur fond de concordat. Et comment y aurait-il organisation de telle ou telle religion sans concordat ?

Le Manifeste revient sur le caractère contraire à la laïcité de la loi Debré, mère de l’ensemble des lois antilaïques suivantes. Oui, l’Ecole privée confessionnelle est œuvre d’Eglise, avec ou sans contrat d’association ! Oui, l’exigence de son abrogation grandit ! Si nous avons été seuls, pendant des décennies, à maintenir ce mot d’ordre « fonds publics à la seule Ecole publique », et à nous revendiquer du Serment de Vincennes de 1960, ce n’est plus le cas, la revendication de l’arrêt de ce monstrueux détournement de fonds publics se développe, ne nous en plaignons pas.

Vous trouverez dans ce dossier consacré au Manifeste la liste, inquiétante, des diverses déclarations du gouvernement devant les religions ès qualité : catholique, musulmane, juive, protestante. Devant la conférence des évêques de France, les déclarations et appels d’Emmanuel Macron sont particulièrement choquants, de même que son acceptation du titre de chanoine de Latran.

Au fil de ce numéro, saluons un événement : la parution du livre de notre camarade Louis Couturier, Les Libres Penseurs et leurs internationales. En complément, vous pourrez lire également le discours de Christian Eyschen  au nom de l’AILP au congrès. Chers lecteurs, ne ratez pas ce livre, même s’il vous semble un peu onéreux. Vous y découvrirez comment la Libre Pensée française a toujours été connectée aux mouvements semblables du monde entier, comment la Libre Pensée internationale a été divisée et fragmentée par ce que l’on a appelé la guerre froide, et comment l’AILP renoue avec cette grande tradition mondiale. C’est un magnifique document !

Sur le terrain de la science et des libertés, le Conseil d’Etat vient de rendre public ses conclusions en vue de la prochaine révision de la loi de bioéthique. Vous trouverez, dans l’article de Dominique Goussot de nombreuses raisons de craindre et des faibles d’espérer. Nous prendrons évidemment les positions adéquates lorsque nous en saurons plus.

Bonne lecture !
Jean-Sébastien Pierre, Président de la Libre Pensée
 

La couverture :

 

 

 

Le Sommaire :

 

 

 

Pour vous abonner en ligne, acheter ce numéro

Retour