Fédération nationale de la libre pensée

12 novembre 2018

France-culture

La Libre Pensée sur France Culture - Dimanche 11 novembre 2015


Nous sommes le 11 novembre 2018 dans un monde qui sent encore la poudre et le soufre. Dans un monde où la guerre menace. Un monde où aujourd’hui plus de 115 rassemblements à travers toute la France ont lieu, peut être en bas de chez vous. Dans un monde aussi où certains rassemblements patriotiques bizarres et qui annoncent les futures guerres, engagent les jeunes, notamment à Quimper, à se mobiliser, à manifester sous l’uniforme des poilus de la Première Guerre Mondial. 2 000 jeunes de la primaire au lycée, à Quimper, défilent aujourd’hui pour la victoire de ces poilus. Mais il ne s’agit pas d’une victoire car la Première Guerre Mondiale a été une énorme boucherie.
Pour cette émission j’ai le plaisir de recevoir Edith Boulanger et Yves-Jean Gallas au nom du Mouvement de la Paix et d’être en ligne avec Nicole Aurigny, membre de la Commission administrative nationale de la Libre Pensée, vice-présidente de cette même association. Bonjour à tous les trois.
Edith pourrais-tu nous présenter brièvement ce qu’est le Mouvement de la Paix ?

Edith Boulanger : Le Mouvement de la Paix est une ONG créée en 1948. Elle est donc 100 ans plus jeune que la Libre Pensée. Elle a été créée par d’anciens résistants de la Deuxième Guerre Mondiale. Solidaires dans leur lutte contre le nazisme ils sont restés solidaires dans leur lutte pour la construction de la paix, regroupant des forces diverses : gaullistes, communistes, libres penseurs, juifs, chrétiens etc.. Cela persiste aujourd’hui. C’est dans notre ADN. 

Le but du Mouvement de la Paix c’est d’associer la population à la défense active de la paix et de la sécurité nationale et internationale selon les principes de la Charte des Nations Unies de 1945. Son travail est d’analyser, de susciter des discussions, d’informer à travers ses 160 comités en France.
La paix n’est pas que l’absence de guerre. Elle touche bien des domaines et nous luttons pour promouvoir la culture de la paix et la réalisation des 17 objectifs du développement durable prônés par les Nations Unies. Cela concerne huit domaines d’actions tels que l’éducation, le développement durable, les droits sociaux, l’égalité homme-femme etc. avant le problème de la sécurité. Ainsi la paix est menacée quand la liberté de la presse, le droit de la presse, le droit d’avorter, le respect de la laïcité sont atteints, ce qui est chose actuelle.
De ce fait le mouvement est engagé dans de nombreux collectifs régionaux, nationaux et internationaux. Notamment dans «ICAN » et nous sommes très fiers que cette coalition forte de plus de 350 organisations internationales ait obtenu le prix Nobel de la Paix en 2017. « ICAN » c’est « campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires ».
De plus avec 53 partenaires le Mouvement a rédigé Le Livre blanc pour la paix avec des propositions communes pour faire partager l’idée que seule la transition pacifiste est la solution adaptée à l’aspiration commune à la paix et à une sécurité humaine.
L’histoire montre que jamais un conflit n’a été réglé durablement par la violence. Par exemple : le traité de Versailles en 1919, puis le traité de Lausanne en 1923. Ces deux traités ont entrainé la Deuxième Guerre Mondiale. Le mouvement préconise donc et soutient toute initiative tendant à faire prévaloir la négociation à la place de l’emploi de la force, à privilégier les relations de solidarité et de coopération entre les peuples. Aussi nous sommes scandalisés de la tournure de la commémoration du centenaire de la Première Guerre Mondiale par cette glorification militaire de cette boucherie.

D.G. : On voit bien que nos associations se rejoignent. Elles se retrouvent d’ailleurs sur de nombreux rassemblements aujourd’hui. 

Nous avons les excuses de l’Association Républicaine des Anciens Combattants (ARAC) pour cette émission.
Nous avons également les excuses de Maurice Montet, de l’Union Pacifiste et c’est Yves-Jean qui va nous lire le message que Maurice a bien voulu nous donner.

Yves-Jean Gallas : « L'Union pacifiste poursuit son action pour la réhabilitation des Fusillés pour l'exemple avec La Libre-Pensée et d'autres associations. Ces hommes ont été victimes d’une des plus grandes injustices de notre Histoire. Aujourd'hui, les commémorations et défilés sont une glorification des soldats et de la guerre. La France et d'autres pays européens reviennent à la conscription. Au lieu de tirer les leçons de l'Histoire, les dirigeants des pays travaillent à préparer la guerre. Les ventes d'armes prolifèrent avec leurs lots de conséquences sur les populations civiles. L'Union pacifiste soutient l'érection d'un monument à la mémoire des Fusillés pour l'exemple dans l’Aisne, et essaiera d'être représentée à son inauguration. Nous soutenons le désarmement et la démilitarisation. Il est grand temps de préparer la paix en préparant la paix.»

D.G. : Nous avons en ligne Nicole Aurigny, vice-présidente de la Libre Pensée. Nicole, les plus hautes autorités de l’Etat allant de Jospin à Macron, en passant par Sarkozy et Hollande, tous ont refusé de réhabiliter les Fusillés pour l’exemple de la première guerre mondiale. Pourrais-tu revenir dessus mais aussi expliquer ce que la Libre Pensée a décidé ?

Nicole Aurigny : Lionel Jospin en 1998 a déclaré qu’il fallait réintégrer les fusillés pour l’exemple dans la mémoire collective.

En 2008, Nicolas Sarkozy a reconnu qu’ils n’étaient pas des lâches. Mais pas de réhabilitation.
François Hollande qui s’était prononcé pour la réhabilitation lorsqu’il était président du conseil général de Corrèze, s’est refusé à la réaliser quand il était Président de la République. Il a préféré ouvrir un espace au sein du Musée de l’Armée ; et depuis 2014 les fusillés sont mêlés aux fusilleurs ; les victimes se retrouvent à côté de leurs bourreaux.
« Enfumage » disait le général Bach.
Que dirait-il aujourd’hui, en voyant le président Macron soutenir que les soldats ont été fusillés pour l’exemple parce qu’ils ont « failli à leur devoir » !
Que dirait-il aussi en écoutant le Président Macron parler du Maréchal Pétain, semblant oublier que Pétain a été frappé d’indignité nationale. Voudrait-il donc le réhabiliter ?
Au début de la semaine, à Morhange, le président Macron commémorait la bataille de Lorraine qui, fin août 1914, a provoqué la mort de 40 000 soldats français. Le seul samedi 22 août, il y a eu 27 000 morts, soldats fauchés par les mitrailleuses allemandes, dans un terrain entièrement découvert, une véritable souricière.
Au lieu de remettre en cause sa stratégie criminelle, Joffre accuse les soldats de la débâcle qui a eu lieu et il téléphone au ministre : « L’offensive de Lorraine a été superbement entamée. Elle a été enrayée brusquement par des défaillances individuelles ou collectives qui ont entraîné la retraite générale et nous a occasionné de très grosses pertes. J’ai fait replier en arrière le XVe corps qui n’a pas tenu sous le feu, et qui a été cause de l’échec de notre offensive. J’y fais fonctionner ferme les conseils de guerre. »
Et dès le mois de septembre et les mois suivants, des dizaines, des centaines de soldats vont être fusillés pour camoufler l’impéritie de chefs, pour terroriser les autres soldats et les contraindre à tuer.
Pour dénoncer cette injustice qui a frappé de déshonneur les soldats fusillés pour l’exemple, pour dénoncer cette barbarie qui a consisté à faire tuer des hommes par leurs propres camarades, la Libre Pensée a décidé en 2014 d’élever un monument en hommage aux fusillés pour l’exemple, un monument pour leur réhabilitation.

D.G. : C’est un monument qui sera sur la ligne de front.

Edith que pense une association comme le Mouvement de la paix de ce combat pour la réhabilitation et de l’érection de ce monument ?

E.B. : Le Mouvement a toujours soutenu ce combat pour la réhabilitation des Fusillés pour l’exemple. Pour preuve, en 2017, le dossier du numéro de décembre de Planète Paix, notre mensuel, était consacré à cette question et à la présentation du monument avec appel à souscription. Appel que nous allons relancer avec le souci de faire connaître cet épisode trop méconnu de la Grande Guerre et l’absurdité de toute guerre. Pourquoi ces faits sont-ils si peu connus ? Et pourquoi attendre si longtemps que cette question de la réhabilitation collective et non individuelle, soit débattue ? Cela touche plusieurs domaines de la culture de la paix et cela donc interpelle (attire) le Mouvement de la Paix : 

- Atteinte aux Droits de l’Homme par l’armée, par la justice militaire injuste et incompétente. Mais aussi par l’Etat qui instaure des conseils de guerre spéciaux. Droits de la défense bafoués par ce gouvernement de 1914.
- Discrimination sociale : 97% des fusillés sont des soldats issus du peuple, paysans, instituteurs, syndicalistes. Les officiers eux sont seulement relevés de leurs fonctions.
- Discrimination raciale : soldats provenant des colonies particulièrement atteints. Un soldat sur dix dans les troupes coloniales a été fusillé au hasard.
- Atteinte à la liberté de la presse : mensonge sur la réalité des faits, propagande éhontée pour convaincre les poilus d’aller affronter leurs « ennemis ».
La souscription pour le monument des fusillés pour l’exemple a prouvé à quel point les souffrances des familles des fusillés pour l’exemple étaient encore vives 100 ans après, traumatisant injustement plusieurs générations.
- Atteinte aussi à l’enseignement de l’histoire, touchant donc l’éducation. Falsification, omission des ces événements dans les livres d’Histoire. La France à la traine par rapport aux autres pays, sauf l’Italie, pour réhabiliter les fusillés pour l’exemple. Par exemple, en Grande-Bretagne, 306 fusillés ont été réhabilités en 2006.
Signalons qu’une exposition sur les Fusillés pour l’Exemple a été réalisée par le Mouvement de la Paix. Elle est en vente et elle circule dans tous nos comités.

D.G. : Je vois que nos associations ont les mêmes idées car nous avons aussi nos expositions et je sais que la LDH a aussi des expositions. Nous saluons d’ailleurs les sections de la LDH qui participent nombreuses aux divers rassemblements de la journée. Tu as rappelé qu’il y avait des syndicalistes parmi les fusillés. Je pense qu’il est important de saluer également tous les syndicalistes présents sur les rassemblements.
Edith, nous sommes aujourd’hui dans une hypocrisie sans nom avec un gouvernement qui se revendique du camp de la paix mais augmente considérablement son budget militaire ? Pour incarner cela, peux-tu revenir sur cette question rapidement ?

E.B. : Le budget de la défense a été voté le 2 novembre. C’est tout récent. Il faut reconnaitre qu’il n’y a pas qu’en France. Sur le plan mondial il y a une augmentation des dépenses de la défense et une militarisation accrue de la majorité des pays. Par exemple le budget est de 1739 milliards de dollars en 2017 soit un doublement des dépenses en 16 ans ! 

Il faut reconnaitre aussi que les manœuvres militaires sont accrues, sont multipliées via l’OTAN pour les pays occidentaux et leurs alliés.
En France, vendredi 2 novembre le budget de la défense, « budget de la reconquête » au dire de la Ministre Mme Parly, a été voté à l’Assemblée Nationale. Pas de surprise car ce budget de 35,8 milliards d’euros, en hausse donc de 1,7 milliards, applique la loi de programmation militaire qui a été votée début 2018 pour la période 2019-2025. Augmentation donc supérieure à celle de 2018 de 1,3 milliards. Pas de surprise car la France souhaite obéir aux consignes de l’OTAN de consacrer 2% de son PIB à sa défense. Il y a augmentation des OPEX (Opérations Extérieures), il y a doublement du budget de l’arsenal nucléaire (37 milliards sur 7 ans). Les français paieront dont 14,5 millions d’euros par jour pendant 7 ans pour le renouvellement et la modernisation de sa dissuasion nucléaire sans débat public. Pour des armes dites de « non emploi » cela constitue de toute évidence une violation du traité de non-prolifération des armes nucléaires signé par la France en 1992.
Cependant saluons le premier rapport parlementaire « L’arme nucléaire dans le monde, 50 après l’adoption du TNP » qui conclut en demandant plus de transparence, de débat sur les armes nucléaires.

D.G. : On voit bien qu’il y a un fort développement de ces budgets et c’est bien pour cela que l’on se réunit aujourd’hui. 

Pour conclure, Nicole, pour tous les auditrices et auditeurs pourrais-tu rappeler comment chaque citoyen peut contribuer à l’érection du monument ?

N. A. : Le monument sera inauguré le samedi 6 avril 2019. Il sera à Chauny, ville située à 100 kms au nord de Paris, ville qui a été presque entièrement détruite en 1917.
Je voudrais d’abord remercier toutes les communes et les centaines de citoyens qui nous ont envoyé leurs contributions. Nous sommes maintenant dans la dernière ligne droite mais il nous manque encore quelques milliers d’euros et je voudrais appeler à souscrire tous les citoyens épris de justice.
Il faut envoyez vos dons à A.E.M.H.F.E. 49 rue Quentin Barré 02100 St Quentin

D.G. : Merci Nicole. Bon dimanche et au mois prochain.

 

Ecouter l'émission

Retour