Fédération nationale de la libre pensée

15 novembre 2018

Communiqués

11 novembre 123 rassemblements et initiatives

11 Novembre 2018

Plus de 123 rassemblements et initiatives pour dire

Réhabilitation des Fusillés pour l’exemple !

A bas la guerre ! A bas toutes les guerres !

6 Avril 2019, à Chauny

Inauguration du monument pour la réhabilitation des fusillés pour l’exemple

Depuis plus de trente ans, la Libre Pensée a réengagé le combat pour la réhabilitation pour les Fusillés pour l’exemple.
30 ans pour faire connaître et reconnaître que ces hommes, Fusillés pour l’exemple de la Première guerre mondiale, n’étaient ni des lâches, ni des traitres. 30 ans de reniement de la part des exécutifs qui se sont succédé, feignant de s’intéresser à la question pour mieux les assassiner une seconde fois en les enfermant au Musée des Invalides, face à leurs bourreaux.
30 ans que les pacifistes, les antimilitaristes, les républicains se mobilisent autour des monuments qui énoncent la boucherie de 1914-1918. Monuments méconnus ou ignorés que le travail des Fédérations de la Libre Pensée a mis en exergue.

Cette année, pour le centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, ce sont plus de 123 rassemblements et initiatives réunissant plus de 10 000 participants. Le cas des Fusillés pour l’exemple est une page d’Histoire qui continue à vivre dans la conscience de milliers de citoyens.

Un rendez-vous avec l’Histoire

La semaine du 5 au 11 novembre a vu d’étranges interprétations de l’Histoire où le Pétain de 1917 honoré était à distinguer du Pétain de 1940. Pire ! Pour Emmanuel Macron, les Fusillés pour l’exemple « avaient failli à leur devoir ».

Avec nos rassemblements, l’Histoire vie et s’incarne. Ainsi à Rocles,  120 participants dont Bernard Brizon petit-fils de Pierre Brizon,  ce député qui a refusé de voter les crédits de guerre pendant l’année 1916. A Caen, près du Mémorial, la Libre Pensée du Calvados a accueilli la petite-fille et l'arrière-petite-fille du caporal Maupas. Si des Fusillés pour l’exemple ont été réhabilités au sortir de la guerre comme Abel Garçault, jeune fusillé de l’Indre, figure autour de laquelle 47 participants à l’appel de la Ligue des Droits de Homme, de la Ligue de l’enseignement, de la Libre Pensée et d’Elus se sont réunis au monument au mort de Villedieu.  Toujours cette Histoire, avec une place particulière lors de ces rassemblements avec 60 participants, place Jean Jaurès à Montpellier ou 38 à Dôle (Jura) devant le buste de Jaurès, premier Fusillé pour l’exemple de ce conflit. L’Histoire n’a pas besoin de leçon, elle ne bégaye pas et ne s’enterre pas avec des rapports qui fusillent une deuxième fois ces hommes.

Des rassemblements qui font date

Et s’il nous faut revenir aux origines, c’est à Gentioux où s’est tenu le 31ème rassemblement à l’appel du Comité laïque des Amis du Monument aux morts de Gentioux (CLAMMG), de la Libre Pensée, du Mouvement de la Paix, de l’ARAC, de l’Union Pacifiste. Encore cette année près de 400 participants ont écouté les discours devant le désormais célèbre orphelin qui tend le poing maudissant la guerre.

Des centaines de monuments antimilitaristes, pacifistes sur l’ensemble du territoire, c’est la mémoire qui sort de la Terre pour rappeler au cœur des vivants les horreurs de la guerre. En octobre 1921 est inauguré le monument de Sanvignes (71), le Conseil municipal décide, pendant les travaux, de modifier la formule tout d’abord choisie et qui disait : “Ils ont bien mérité de la Patrie”, par celle que nous pouvons toujours voir sur le socle : “Si tu veux la Paix, prépare la Paix”. Près de cent ans après, plus d’une centaine de citoyens y ont écouté le discours de la Libre Pensée.  Plus d’une trentaine de participants à Pontoise (95) à la statue symbolisant la paix, plus d’une centaine à Villeurbanne devant le monument pacifiste soutenu par les autorités municipales, plus de 70 à Toulouse, 40 à Creil, plus d’une vingtaine à Metz, à Saint-Gilles-Croix-de-Vie (85) ou à Nantes.

Comme il a été dit dans le discours lus dans de nombreuses Fédérations : « De l’enfant de Gentioux qui maudit la guerre à celui de Primelin qui bouscule la barbarie, de la déclaration antimilitariste de Saint Martin d’Estreaux à celui de Gy L’Évêque proclamant Guerre à la Guerre. Le pays s’est couvert de monuments qui illuminent la conscience des femmes, des enfants, des hommes des générations suivantes, qui entretiennent ce mouvement qui refusent la guerre, qui font l’Histoire des Hommes et non la gloriole de quelques sanglants stratèges. Ces monuments sont plus qu’un projet éphémère s’accrochant à un témoignage d’une partie de l’Histoire, ces monuments sont le tracé qui dessine une Humanité meilleure.

L’historien Howard Zinn écrit : « Un grand mouvement doit être inspiré par une véritable vision – comme celui des droits civiques l’était par le rêve d’égalité et le mouvement pacifiste par un objectif de paix. Dans le cas qui nous intéresse, la vision est, pour tous les habitants de cette planète, la plus exaltante qui soit. C’est celle d’un monde sans guerres, sans ces Etats policiers qui se nourrissent du militarisme, et où de formidables ressources seraient consacrées à satisfaire les besoins de l’homme. Ce serait un phénoménal renversement dans l’attribution de ces ressources, qui ne financeraient plus la mort mais la vie, annonçant un avenir meilleur pour nous, nos enfants et nos petits-enfants. Il s’agirait de consacrer mille milliards de dollars (montant des dépenses militaires annuelles dans le monde) aux jeunes, qui pourraient ainsi utiliser leur énergie, leurs talents, leur idéalisme et leur soif d’action à reconstruire nos villes, à venir au secours des affamés, des sans abri…. »

Depuis trente ans en faisant revivre chacun de ces monuments, en les sortant de l’oubli et leur redonnant leur sens, nous allumons des phares qui éclairent les consciences. »

Nous sommes aussi la République !

La présence affichée ou à titre personnel de responsables syndicaux de la CGT, de Force Ouvrière dans le Var ou à Gentioux, lors des rassemblements rappellent que ce sont des millions de travailleurs ont été jetés dans le chaudron de la barbarie militaire.

Les projections de films antimilitaristes ont réunis des citoyens épris de débats et de justice : Ainsi à l’invitation du Maire de Marcoussis (Essonne) et de la Libre Pensée, 150 personnes la discussion ont suivi la projection du film “Les Sentiers de la Gloire” de Stanley Kubrick qui traite des Fusillés pour l’exemple.

De nombreux Elus ont aussi participé à nos rassemblements. Il est utile de rappeler que près de 3 000 communes ont pris une délibération demandant la réhabilitation des Fusillés pour l’exemple, d’ores et déjà des dizaines ont accepté de contribuer à l’érection du monument les réhabilitant. Ainsi à Saint-Martin d’Estreaux (42), à Pontoise, Escaudin, Villeurbanne, les Elus ont soutenu notre combat. A Saint-Nazaire, le sénateur Yannick Vaugrenard a déclaré devant 300 citoyens : « C’est pourquoi je veux rapidement ici évoquer le sort de ceux qu’on appelle les « Fusillés pour l’exemple », expression terrible ! Ils furent exécutés parce qu’ils refusaient non pas de combattre, mais d’obéir à des ordres qui les conduisaient de manière certaine à une mort inutile. La réhabilitation est un long combat et je salue la détermination de ceux qui rêve à cette réparation dont la République s’honorerait. »

Plus de 10 000 citoyens rassemblés en ce 11 novembre 2018, nous sommes la République, vous êtes la République !

La Chanson de Craonne interdite dans les écoles, mais chantée dans les rassemblements

Depuis deux ans, la chanson de Craonne est mise à l’Index de la part de l’Exécutif. Elle dérange sans doute trop les militaires qui ne veulent pas voir d’insubordination dans leurs rangs. Lors du rassemblement de Chambéry qui a accueilli plus de 80 personnes, « une institutrice a expliqué que la chanson de Craonne avait été interdite par son conseil d'école». Pourtant, c’est à travers toute la France que cette chanson a jailli de la Bourse du travail de Charleville-Mézières (100 personnes) à Bourg-en-Bresse (42 personnes), d'Escaudain dans le Nord (40 personnes) à Gentioux lors du banquet de 70 convives.

Monument pour la réhabilitation des Fusillés pour l’exemple : Plus que 20 000 euros !

C’est une somme d’environ 10 000 euros qui a été récoltée lors de ces nombreux rassemblements. 10 000 euros pour le monument qui sera érigé à Chauny (Aisne), sur la ligne de front.

Pour réparer l’injustice faite aux Fusillés pour l’exemple, ces 10 000 euros sont la démonstration que le refus de la guerre est profondément ancré dans le pays. Les Fusillés ne seront pas oubliés.

Parmi eux, les troupes coloniales qui ont payé le lourd tribut avec plus de 80 000 morts, nombre d’entre eux n’ont pas échappé aux exécutions sommaires et font partie de ces Fusillés pour l’exemple. Parmi les quatre Fusillés pour l’exemple représentés sur le monument, l’un d’entre eux portera l’uniforme coloniale pour bien indiquer qu’

Aucun des Fusillés ne sera pas oublié,

tous seront réhabilités !

Pour la Justice et que le Droit soit rétabli

Contre la barbarie et la guerre
Pour rendre leur honneur aux 639 Fusillés pour l’exemple :

VERSEZ MASSIVEMENT POUR LE MONUMENT DES FUSILLES !

Chauny, le 14 novembre 2018

Le coût total du monument et ses annexes coutera la somme de 100 000€. Nous en avons déjà récolté 80 000€.

 

Bon de souscription pour l’érection d’un monument en hommage aux fusillés pour l’exemple

 

 

 

Je verse :  …………

 

(Délivrance d’un reçu permettant une déduction fiscale de 66 %)

 

Nom : ……………………………………..……………… Prénom :………………….………………………………..……

 

Association : …………………………………………………………………………………………………………………….….

 

Adresse : …………………………………………………………………………………….……………………………………….

 

Courriel : …………………………………………………………………………………………………………………………….

 

Chèque à l’ordre de : « A.E.M.H.F.E. » (Association pour l’érection d’un monument en hommage aux Fusillés pour l’exemple)

 

A envoyer à : Nicole Aurigny - AEMHFE -  49 rue Quentin Barré 02100 Saint-Quentin

 

 

 

 


 

Retour