Fédération nationale de la libre pensée

23 décembre 2018

Communiqués

COMMUNIQUÉ

Crèches  de Noël dans les mairies de secteurs de Marseille :

Le Tribunal administratif procure à la Libre Pensée un bon solstice d’hiver !

Par trois jugements du 18 décembre 2018, le Tribunal administratif de Marseille, a constaté l'illégalité de l'installation de crèches de "la nativité"  dans plusieurs mairies de secteurs de la ville de Marseille.

Il faut dire que les maires en question M.Ravier (RN) et Mme Narducci (DVG) étaient allés jusqu’au bout de leur logique en faisant bénir ces crèches par un prêtre catholique ou en y associant l’archange Gabriel. Ils n’avaient sans doute pas vu toute l’ironie de leur action. Ces actes antilaïques sont faits pour démontrer le caractère « chrétien de la France éternelle contre la présence des musulmans ». Or, selon la légende, c’est l’Archange Gabriel qui a dicté le Coran à Mahomet ! Mauvaise pioche.

Les contorsions de R.Ménard (RN) à Béziers ou L.Wauquiez (LR)  à Lyon  ne sont qu’un concours de grimaces destinées à masquer une tentative politique d’instaurer une union des cléricaux  derrière les symboles catholiques et de les imposer dans les bâtiments publics et sur les places publiques (comme à Ploërmel).

Du couvent des Bernardins, choisi par Emmanuel  Macron pour tenir aux évêques français, contre la loi  de 1905, un discours de lait et de miel, aux crèches de Noël de Béziers, Melun, La Roche-sur-Yon et Marseille, il y a une réelle continuité : celle qui révolte aussi les étudiants en faisant des droits d’entrée à l’Université un outil de lutte contre les étudiants étrangers. C’est le discours identitaire.

De temps à autre, les tribunaux opposent à certains recours une tradition frelatée et très subjective,  raison de plus pour ne pas la laisser s’installer et contrevenir à la loi de 1905 qui, en plus d’être une loi, leur est bien antérieure. De décisions administratives en décisions préfectorales, les unes après les autres, le caractère antilaïque des crèches dans les bâtiments de la République se confirme et ces atteintes sont sanctionnées par les tribunaux.

L’Association Internationale de la Libre Pensée avait mis en Lumière, lors de son colloque de Metz (décembre 2017), le caractère international de cette offensive, tant en Pologne, qu’en Hongrie, en Espagne et en Italie.

La Fédération des Bouches-du-Rhône de la Libre Pensée, à l’origine des recours, avec l’aide de la Fédération nationale de la Libre Pensée, peut se féliciter : c’est une défense concrète de la loi du 9 décembre 1905 de Séparation des Eglises et de l’État. La Libre Pensée confirme ainsi  son rôle irremplaçable de combat sur le terrain pour préserver l'application des textes fondateurs qui conditionnent la liberté absolue de conscience.

La Libre Pensée constate aussi le curieux silence de certains « laïcs » qui n’ont eu de cesse de critiquer les arrêts du Conseil d‘Etat obtenus par la Libre Pensée, pour tenter de dénaturer ce succès juridique, souvent pour ne rien faire en définitive contre les crèches dans les Hôtels de ville ou de département. En ces temps de chapons de Noël, leurs becs seraient-ils cloués ?

Pour cela  il ne faut rien laisser passer et renforcer la Libre Pensée.

Non à la réparation, oui à la Séparation !

Ne touchez pas à la loi de 1905 !

Joyeux Solstice d’hiver à toutes et à tous

Paris, le 21 décembre 2018


Retour