Fédération nationale de la libre pensée

5 mars 2019

Communiqués

Adresse de l'Association Internationale de la Libre Pensée

LES ATHEES, LES RATIONALISTES ET LES HUMANISTES SERIEUSEMENT MENACÉS EN INDE …

L’Association internationale de la Libre Pensée défend sur tous les continents la liberté de conscience et d’expression. Elle manifeste sa profonde solidarité avec toutes les victimes de la répression religieuse. Elle appelle les opinions publiques de tous les pays à se mobiliser pour la défense de la liberté d’expression. L’AILP porte à la connaissance de tous des faits très préoccupants.

Rappel : La Constitution indienne ne fait pas référence à Dieu et ne fait pas de l’appartenance à une religion un critère pour la citoyenneté. Le Droit à la Liberté d’Expression et le Droit à la Liberté de Conscience sont totalement garantis par les articles 19 et 25 de la Constitution indienne relevant des Droits Fondamentaux. En outre, dans le cadre des Devoirs Fondamentaux, l’article 51 encourage tous les citoyens à développer esprit scientifique, humanisme et volonté d’investigation et de réforme.

Le Préambule de la Constitution indienne établit que le peuple indien a décidé de créer «une République démocratique, souveraine, socialiste et séculariste».

Dans plusieurs jugements, les Hautes Cours (qui sont les juridictions les plus élevées pour chacun des 29 États indiens) ont affirmé les droits des personnes à déclarer leur identité non religieuse ou athée sans aucune discrimination ou préjudice et leur droit de critiquer la pensée et la pratique religieuse

Les faits

A la veille d’élection en Inde (Mai 2019), des hommes et des femmes politiques  attaquent dans les medias ceux qui ne croient pas en Dieu !

Mrs. Uma Bharati, ancienne Premier ministre de Madhya Pradesh, un important État fédéral, et désormais ministre des Ressources en eau, a fait porter la responsabilité des inondations dans l’État d’Uttarakhand sur les athées ! D’autres appellent à tuer les athées sur la place publique, nourrissant ainsi les sentiments de haine et incitant les éléments les plus intolérants de la société à blesser ou faire souffrir les non-croyants. Dans l’État du Gujarat, certains politiciens déclarent que lorsqu’ils arriveront au pouvoir ils feront de l’État un cimetière pour la laïcité et les laïques.

Il est clair, qu’en faisant de l’hindouisme, une religion quasi-officielle, ceci ne peut qu’encourager les intégristes à déverser leur haine, voire à passer à l’action.

Couramment, les laïques sont qualifiés d’anti-nationaux et sont dénigrés sur les réseaux sociaux de manière soutenue. Un tel discours de haine n’est l’objet d’aucune poursuite judiciaire de la part des autorités, plongeant ainsi les humanistes, rationalistes, athées et laïques dans un profond sentiment d’insécurité.

Encore pire, des groupes paramilitaires organisés forcent les portes des meetings humanistes et rationalistes, et déposent également des plaintes abusives et vexatoires contre les non-croyants, prétendant que leurs sentiments religieux sont blessés par l’expression des Athées.

Après avoir appelé pendant de nombreuses années à l’élimination des Rationalistes de la société, les menaçant en leur disant qu’ils devraient partir pour le Pakistan et ne pas rester en Inde,  après les avoir faussement accusés et vilipendés comme agents payés par l’Église chrétienne, des attaques mortelles ont également été menées :

- Le 20 août 2013, le Dr. Narendra Dhabolkar (rationaliste appelant à une législation qui  contrôlerait ceux qui font du business sur la base des croyances religieuses) a été assassiné dans l’État du Maharashtra par des bandits non identifiés.

- Le 16 février 2015, l’écrivain et intellectuel rationaliste Govind Pansare a été attaqué et tué par des bandits non identifiés dans l’État du Maharashtra.

- Le 30 août 2015, MM Kalburgi, ancien vice-chancelier d’une université et rationaliste, a été abattu.

-  Le 5 septembre 2017, Ms. Gauri Lankesh, une journaliste rationaliste a été assassinée.

Plus récemment encore, un certain nombre de listes-cibles de Rationalistes éminents circulent parmi des groupes d’extrême droite qui s’indignent de l’abandon de la religion hindoue par ceux qui sont nés en Inde

De nombreux leaders rationalistes et athées continuent de recevoir des menaces via les réseaux sociaux, certains sont victimes de plaintes abusives et mis en prison en attendant leur procès !

Le danger s’est également propagé à des membres de la population, pas seulement aux activistes et aux personnalités publiques : en mars 2017, un jeune Indien musulman de Coimbatore, âgé de 31 ans, A Farooq, qui avait fait état de son athéisme, a été tué par un groupe de personnes qu’il connaissait. Le 4 décembre 2018, l’inspecteur de police Subodh Singh, un officier laïque, a été assassiné par une horde, alors qu’il se rendait enquêter sur une décharge de carcasses de vaches. Les hautes sphères du gouvernement ont indiqué clairement que l’objectif principal de leur enquête porterait sur la mort des vaches et non sur celle de l’officier de police !

Pour le Professeur Narendra Nayak et d’autres, le danger est réel et imminent

Le présumé assassin de Gauri Lankesh, a reconnu dans ses aveux que leur groupe d’assassins avait effectué une surveillance également des faits et gestes du Prof. Narendra Nayak, éducateur en sciences connu et également Président de la Federation of Indian Rationalist Associations – FIRA -(pour mémoire, le Dr. Dabholkar qui fut assassiné il y a 5 ans était vice-président de la FIRA.

Nous sommes également horrifiés de voir qu’avec Narendra Nayak qui figure en tête de toutes ces listes, sont également mentionnés dans l’agenda des tueurs présumés : K.S. Bhagawan célèbre rationaliste indien, écrivain, le militant anti-superstition Swamy Nijugunanand (dirigeant religieux hindou aux idées progressistes) et Girish Karnad, acteur - réalisateur de films.

Un devoir de solidarité des organisations internationales

Ceux qui combattent et militent sans relâche pour libérer la société indienne des superstitions, (comme il est écrit dans l’article 51 a de la Constitution de la Nation), sont harcelés et menacés. Certains sont assassinés, d’autres en prison ou en exil

L’AILP appelle toutes les associations, organisations, syndicats partisans de la liberté de conscience à prendre position pour dénoncer ces faits et exiger auprès du gouvernement indien

  • le respect de la liberté de conscience pour tous,

  • la cessation immédiate des poursuites et des menaces qui pèsent sur ces militants rationalistes.

  • La libération de tous les militants rationalistes actuellement enfermés pour leurs idées

Note : la situation pour tous les humanistes, rationalistes, libres penseurs, est globalement dangereuse en Asie du Sud du fait des religions et des politiques gouvernementales les utilisant.

 Au Bangladesh voisin, outre Avijit Roy ingénieur écrivain, 16 blogueurs ont été assassinés par des terroristes et le Premier ministre du pays a mis en garde les blogueurs de ne pas provoquer les terroristes.

Au Pakistan voisin, des militants laïques – 40 d’entre eux – ont été enlevés par la police ; de plus, environ 40 personnes sont condamnées à la réclusion à perpétuité ou sont en attente de leur exécution pour blasphème dans les prisons pakistanaises.

 

Retour