Fédération nationale de la libre pensée

4 avril 2019

Editorial

Lettre au président de la République

Monsieur le Président,

je vous fais une lettre que vous ne lirez pas, comme toutes les autres

 
 
Durant la grande tournée de show business du Président de la République pour le « Grand Débat », certains ont pensé que c’était une tournée d’adieux. En Macronie, tout est possible. Mais du haut de son mépris et de sa suffisance pour les « gueux », Emmanuel Macron n’a reculé devant aucune provocation. Il s’est même livré à une séance de propagande devant une vingtaine d’enfants, scène qui aurait fait hurler dans n’importe quel pays où aurait été dénoncé l’embrigadement des enfants pour une bien mauvaise cause.
Et pour pousser l’ignominie jusqu’au bout, le Président de la République s’est rendu pour ce faire dans une école privée catholique, à Beaupréau-en-Mauges dans le Maine-et-Loire, commune de 23 000 habitants sans collège public, la seule de cette importance dans ce département qui soit dépourvue de sans collège public. Sans doute, inconsciemment, s’agissait-il d’un retour aux sources pour lui.
On est donc bien en droit de rester plus que dubitatif et sceptique quant aux déclarations d’Emmanuel Macron sur son attachement à la loi de 1905 qui fonde la laïcité dans notre pays. Il nous faut donc rester vigilants.
Tout au long du « Grand débat » qui n’en finit plus, le Président de la République n’a cessé de dire, comme son gouvernement : « Je vous ai entendus ». Un autre Président avant lui, avait dit « Je vous ai compris ». On sait comment cela s’est terminé.

Il a entendu, a-t-il écouté ?

Il est visible que le locataire actuel de l’Elysée est complétement sourd à ce qui émane du tréfonds du peuple. Ainsi par deux fois, la Fédération nationale de la Libre Pensée s’est adressée à lui.
Le 25 mai 2018 pour solliciter une entrevue pour connaître ses intentions sur la loi de 1905 : aucune réponse.
Le 19 mars 2019 pour qu’il précise sa déclaration devant des intellectuels sur le fait qu’il ne toucherait pas à la loi de: aucune réponse.

La surdité gagnerait-elle tout le gouvernement ?

Le 25 mars 2019, la Libre Pensée écrit à monsieur Christophe Castaner, Ministre de l’Intérieur :

 

« Monsieur le Ministre,
 
Lors de l’entrevue que vous avez accordée à des associations laïques, le 8 janvier 2019, pour les informer du projet de réforme de la loi du 9 décembre 1905 portant Séparation des Eglises et de l’Etat ; vous aviez déclaré qu’il n’y avait rien d’écrit sur ce projet et que dès que cela serait fait, vous nous communiqueriez ce document.
Nous avons donc été surpris de lire dans le journal Le Monde que, le 10 février 2019, le Président de la République a donné un document écrit aux représentants des religions concernant ce projet de réforme.
Notre surprise s’est amplifiée, car nous avons la preuve écrite que les Obédiences maçonniques ont aussi reçu cette note écrite.
Dès lors, la question se pose : pourquoi les principales associations laïques de ce pays n’ont pas été destinataires de cette note, comme vous nous l’aviez indiqué le 8 janvier 2019 ?
Y aurait-il des interlocuteurs privilégiés ?

Nous souhaitons que cette note soit rendue publique et envoyée aux associations laïques, au moins celles que vous avez reçues le 8 janvier 2019. »

 

■ A ce jour, nous n’avons reçu aucune réponse.

Et pourtant..

En lisant un compte-rendu des travaux d’une structure de direction d‘une Obédience maçonnique, nous apprenons que le 15 janvier 2019, le Ministre de l’Intérieur a rencontré les Obédiences maçonniques et leur a remis un document de trois pages, intitulé « pistes législatives » sur la loi de 1905. Le 8 janvier 2019, le Ministre dit qu’il n’y a aucun texte écrit sur la loi de 1905 et le 15 janvier 2019, il remet une note de trois pages sur le sujet aux Obédiences maçonniques. Note que nous n’avons toujours pas reçue plus de deux mois après !

 

Alors, oui :

Y-a-t-il des interlocuteurs privilégiés pour le gouvernement ?

Y-a-t-il un agenda secret de « négociations » ?

Il semble bien que oui, puisque nous savons maintenant que le gouvernement a informé les Obédiences maçonniques et annoncé à leurs représentants la diffusion (à qui ?) d’un document législatif, après le « Grand Débat ».

On est donc en droit de se dire que la réunion du 8 janvier 2019, place Beauvau, n’était qu’une mauvaise farce d’une mauvaise pièce où le gouvernement a pris les associations laïques pour des imbéciles et des interlocuteurs de seconde zone. C’est sans doute cela « la Macronie en marche » : prendre ses interlocuteurs pour des demeurés.

Il y a bien quelque chose de pourri au royaume du « nouveau-monde » !

Mais il est une chose de se comporter comme des Machiavel aux petits pieds, il en est une autre de faire tourner la roue de l’Histoire à l’inverse de la Civilisation. La vie va se charger de rectifier les choses.

Vous ne toucherez pas à la loi de 1905 !

Paris, le 4 avril 2019

 

 

Retour