Fédération nationale de la libre pensée

26 mai 2015

La Raison

La Raison n°602 - juin 2015

De Paris à Varsovie, en passant par l’Irlande : le même combat

par Jean-Sébastien Pierre
Président de la Fédération nationale de la Libre Pensée

(extrait de l’éditorial)

Être à la fois laïque et sociale. Telle est bien la vocation de la Libre Pensée. Ceux qui, fidèles à leur conscience, quittent l’Eglise catholique, peuvet se trouver en difficulté financière et se voir dénier une partie de leurs droits à la retraite. Comment ne pas se souvenir de Joseph Turmel, vivant ses dernières années dans un grand dénuement, et du sort de nombreux autres prêtres qui rejoignirent la Libre Pensée après avoir quitté l’Eglise. Saluons donc le communiqué commun de notre Fédération nationale avec l’APRC (Association Pour des Retraites Convenables). En complément, nous faisons la lumière sur l’étrange fonctionnement de la Caisse de retraite des cultes qui prétend, à l’unisson avec l’Eglise catholique, que les lois canoniques passent avant celles de la République. Ce problème, nous le retrouvons constamment. L’Eglise n’admet aucun reniement, ni des vœux ecclésiastiques, ni du baptême, comme nous l’avons vu avec les cas de notre camarade Lebouvier et de Thomas Bores.

Dans l’affaire du couvent de Tuam en Irlande, notre interpellation a également obligé l’Église catholique à nous répondre par le biais de son organe de presse officieux, le journal La Croix. Le rédacteur de l’article - si bien informé que ses liens avec la hiérarchie ne laissent aucun doute - ne trouve rien de mieux pour protéger la maison mère française des sœurs de Notre-Dame-de-Bon-Secours, que de pointer la responsabilité directe de Rome dans la gestion des archives. Qu’à cela ne tienne, l’interpellation s’adressera donc à Bergoglio en personne, elle est faite, vous la trouverez dans les pages intérieures de ce numéro copieux en informations.

Un peu d’humour : le prix Clericalis est décerné. Robert Ménard est le grand lauréat de l’année, ce qui est mérité. Emmanuel Valls doit se contenter du deuxième prix, mais nous craignons qu’il puisse mieux faire avec quelques efforts dont il semble malheureusement capable. Les autres nominés étaient des candidats sérieux. Il ne nous paraît pas douteux que la manne ne soit pas prête de s’épuiser... (...)

 
Au Sommaire
 

Retour